Emprunt immobilier chez les seniors : acheter à 60 ans

Parce qu’à 60 ans, la vie reste encore devant soi, il est fréquent que les seniors aient des projets d’investissement immobilier. Certains sont pourtant freinés, convaincus qu’obtenir un crédit est très difficile à partir d’un certain âge. Pourtant, « décrocher » un prêt bancaire à l’approche de la retraite, ou plus tard est aujourd’hui tout à fait possible. Les banques proposent même des emprunts immobiliers seniors, conçus sur mesure pour cette clientèle.

60 ans : l’âge d’or des projets immobiliers ?

L’approche de la retraite permet souvent d’envisager de nouveaux projets : investir en se lançant dans l’immobilier locatif, se faire plaisir en acquérant une maison secondaire pour les vacances, ou dans certains cas anticiper une santé plus fragile et acheter une maison de plain-pied ou un appartement avec ascenseur. Or tous ces projets immobiliers nécessitent le plus souvent un crédit.

S’il y a une quinzaine d’années, banques et assureurs se montraient généralement frileux au moment de prêter à leurs clients en fin de vie active ou tout juste en retraite, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Des prêts immobiliers adaptés à leurs besoins spécifiques leur sont en effet proposés.

Des prêts adaptés au profil de revenus des seniors

Lors d’une demande de crédit immobilier émanant d’une personne de 60 ans ou proche de 60 ans, les banques évaluent plusieurs points importants. Le client dispose-t-il déjà d’un patrimoine (immobilier ou financier) ? Le senior est-il déjà à la retraite ou quand va-t-il l’être ? Autrement dit, comment vont fluctuer ses revenus ?

Si la retraite est l’assurance d’un revenu régulier, celui-ci est toutefois inférieur au revenu perçu au cours des dernières années de vie active. Le senior qui souhaite souscrire un prêt immobilier, alors qu’il est encore actif, se retrouve donc confronté au dilemme suivant : doit-il emprunter en se basant sur ses revenus actuels, au risque d’avoir de lourdes mensualités après le départ en retraite ? Ou doit-il se baser sur sa future pension, mais limiter ainsi le montant du prêt possible ou rallongeant sa durée ?

Pour tenir compte de cette situation, plusieurs banques ont créé des prêts prévoyant une baisse de la mensualité lors du départ en retraite. Ces prêts permettent de maximiser le montant emprunté, en tenant compte des possibilités de remboursement présentes et futures. La plupart autorisent la modification de la date de passage d’une mensualité à l’autre, le moment du départ en retraite n’étant pas toujours connu d’avance avec exactitude. Certains envisagent deux baisses successives, pour un couple prenant sa retraite à des dates différentes.

L’assurance emprunteur : quelles solutions ?

Mais pour accéder au crédit immobilier lorsque l’on est senior, encore faut-il être certain de pouvoir être assuré. En effet, l’assurance emprunteur est toujours exigée par les banques. Or, lorsque l’emprunteur s’avance en âge, il devient un profil « à risques », du fait des problèmes de santé pouvant survenir à tout moment.

Les banques proposent donc pour les seniors des assurances emprunteurs, avec des contrats de groupe, mais avec des taux d’intérêt plus élevés. De plus, il est fréquent que l’adhésion à ces contrats de groupe ne soit plus possible après 65 ans, et que la couverture ne s’étende pas au-delà de 70 ans. Dans ce cas, les seniors peuvent recourir à une délégation d’assurance pour laquelle l’adhésion peut s’obtenir jusqu’à 80 ou 85 ans. Quant à la couverture, elle peut se prolonger jusqu’à 85 ou même 90 ans.

Il est important de savoir que certains assureurs proposent aujourd’hui des produits dédiés d’assurance de prêt senior, offrant des garanties protectrices et un niveau de surprime non prohibitif.

Seniors avec problèmes de santé aggravés : quel accès au crédit et à l’assurance emprunteur ?

Certains seniors, de santé fragile, se retrouvaient souvent face à une situation de blocage total lorsqu’ils souhaitaient obtenir un crédit immobilier, accompagné d’une assurance emprunteur.

Or en 2007, les pouvoirs publics ont négocié avec les établissements financiers la convention AERAS pour assurer l’accès au crédit des personnes présentant un risque de santé (quel que soit l’âge). Cette convention autorise l’assureur à demander une surprime pour compenser le risque représenté par des personnes, dont la santé ne satisfait pas ses critères habituels. Cette convention a ainsi étendu l’accès des seniors à l’assurance emprunteur.

Le prêt hypothécaire cautionné, sans obligation d’assurance

Toujours pour faire face aux difficultés rencontrées par les seniors pour obtenir un prêt, il a été créé en 2007 le prêt hypothécaire cautionné. Sa particularité ? Il ne nécessite pas l’obtention d’une assurance de prêt ni d’une assurance décès.

Dans cette modalité de prêt bancaire réservée aux seniors déjà propriétaires, le bien immobilier sert de garantie.

Cette formule peut permettre de dégager des liquidités pour effectuer des travaux, faire une donation, ou acquérir une nouvelle résidence, qu’elle soit principale ou secondaire.

Avec l’éventail de solutions aujourd’hui disponibles, les seniors peuvent voir leurs projets immobiliers devenir réalité.

Date de publication : 27/06/2012

Un projet immobilier ? Besoin d’une assurance de prêt ?

Une très bonne protection, de réelles économies avec l’assurance de prêt APRIL

Autres articles sur le sujet